Et maintenant, on fait quoi ?

Bonjour à tous

En ces temps assez perturbés, l’envie m’est venue de partager avec vous 2 chansons que j’apprécie particulièrement. D’abord de par l’auteur (Fabien Marsaud, Grand Corps Malade), qui me touche personnellement car il a traversé comme moi des épreuves douloureuses qui lui ont permis de se remettre partiellement debout.

Ensuite, de par le choix qu’il a fait après son accident, de transmettre au plus grand nombre des messages positifs, plein de bons sens à travers le slam qu’il réussit si bien à harmoniser avec la musique.

et maintenant 10

En 2014, il interprète avec Richard Bohringer une chanson qui pourrait être considérée comme prémonitoire sur les évènements de 2020 : COURSE CONTRE LA HONTE.

et maintenant 6

En ce début d’année, il chante EFFETS SECONDAIRES.

Oui, comme il le dit si bien : l’HOMME a maintenant expérimenté que son absence, forcée ou pas, a permis à la nature de reprendre ses droits. Nous les humains, avons besoin de la nature pour vivre, mais la nature sait très bien se débrouiller toute seule pour prospérer.

Alors, quand quelques-uns qui se considèrent comme tout-puissants, poussent la grande majorité de l’humanité à consommer toujours plus, en polluant toujours plus, et en créant des besoins souvent du domaine du superflu, tout en appauvrissant d’autres humains, on est en droit de se demander s’il est opportun de continuer dans cette direction.

La nature ne nous laissera pas longtemps continuer dans ce sens-là.

L’image qui m’est apparue pour que chacun à son petit niveau de colibri puisse faire sa part, est d’allumer une allumette virtuelle, et d’imaginer que cette toute petite lumière puisse éclairer le côté sombre où l’on nous a amenés et où aussi nous avons accepté d’aller.

Piller et exploiter abusivement la nature pour notre soi-disant bien-être n’est plus acceptable.

Ceci est une décision personnelle à prendre par chacun de nous.

Restons dans les pensées positives car la lumière l’emporte toujours sur l’ombre puisqu’elle l’éclaire.

Belle fin d’année en restant toujours le plus possible dans votre souveraineté.

Thérèse