Tout ce qu’on veut dans la vie

chedid main liberté

Dans le domaine des coïncidences, hasards et signes du quotidien (sujet de ma prochaine conférence/formation du 25 novembre 2020 chez Harmony’s Home à Montigny les Metz), la chanson de Louis Chedid sortie le 28 février 2020 m’a interpellée.

https://www.youtube.com/watch?v=ZwfestED0yc

Un extrait des paroles :

Qu’on s’embrasse, qu’on s’enlace
Main dans la main, face à face
Tout ce qu’on veut dans la vie


Corps à corps, bouche à bouche
Que l’on s’adore, que l’on s’touche
Tout c’qu’on veut dans la vie

chedid couple danse
chedid bisou 2 oiseaux

Cette chanson m’inspire quelques réflexions dans les temps que nous vivons actuellement. L’être humain a besoin de relations humaines et sociales pour exister. Ce que Louis Chedid nous dit bien : toutes les formes d’échanges entre humains nous sont nécessaires pour vivre : s’embrasser, se parler en tête à tête, se voir, se toucher.

Les relations sociales et personnelles se font au sein de différents groupes : la famille, les amis, les réunions, le travail, les cafés, les restaurants, les musées, les loisirs en général …

La convivialité nous permet d’échanger nos points de vue et de s’enrichir au niveau intellectuel.

chedid 2 enfants devant la Terre Soleil
chedid 2 mains

Si l’on nous laisse uniquement le travail et les courses pour rencontrer nos semblables, deviendrons-nous un jour des robots programmés à une seule tâche, corvéables à merci et obéissants à tout, sans possibilité de communiquer avec nos proches par de simples gestes d’affection ?

Comment nous sentirions-nous si on nous enlevait toutes sortes de communications (oral, écrit, expressions, gestes …) ?

Louis Chedid a-t-il été inspiré d’écrire cette chanson fin 2019 pour la sortir en février 2020 ?

La communication non verbale, appelée aussi langage du corps, est importante dans les échanges : sourire, faire des mimiques avec la bouche pour montrer son approbation (micro-expressions du visage), se serrer la main, se rapprocher d’une personne, et également reconnaître quelqu’un dans la rue pour aller lui parler …

Sans ce non-verbal, les fondements de notre vie sociale et par conséquent économique s’en trouvent grandement détériorés.

Visiblement, il semble que les relations humaines soient en danger de grande limitation depuis ce début d’année, malgré bien évidemment les précautions nécessaires à prendre pour prévenir toutes les sortes d’épidémies que l’humanité a déjà vécues et vivra encore, étant donné que les virus, microbes et bactéries font partie de la vie terrestre.

Pourquoi avons-nous autant peur et de quoi avons-nous peur ?

Je laisse ces réflexions à votre propre analyse et libre arbitre.

Prenez soin de vous, en faisant toujours confiance en votre propre pouvoir intérieur. Vous êtes les seuls à avoir une autorité sur vous-mêmes.

Thérèse